fbpx

Découvrez comment calculer la prime de départ à la retraite !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
homme calculant prime de retraite
Table des matières

Une prime de départ à la retraite doit être perçue par le salarié s’il est mis à la retraite par son patron ou si le salarié lui-même a émis un départ à la retraite de manière volontaire. La loi de la convention collective s’applique à cette prime, ce qui signifie qu’elle doit être en égalité avec celle que la loi établit. Bien sûr, il y aura une différence entre le montant de la prime que le salarié perçoit, selon si le départ à la retraite de celui-ci a été fait de son propre gré ou s’il a plutôt été mis à la retraite.

Quel est le montant perçu suite à un départ à la retraite ?

La prime légale de licenciement est appliquée si l’employeur met le salarié en retraite. Cependant, s’il s’avère que le mode de calcul de la convention collective est plus adapté, cette dernière sera appliquée à la place. La prime de départ à la retraite est affectée par l’ancienneté du salarié, le taux est ainsi calculé différemment selon le nombre d’années de travail de l’employé. Pour les dix premières années de travail, c’est un quart de mois de salaire qui se multiplie par le nombre d’années écoulées. Une fois la onzième année commencée, c’est le tiers d’un mois de salaire qui se multiplie par le nombre d’années écoulées. La date à laquelle le contrat de travail prend fin est celle où l’on commence à compter l’ancienneté du salarié.

Ainsi, pour le contrat de travail, c’est le jour de la fin du préavis que l’on utilise pour le calcul de la retraite. Si l’employeur a embauché un salarié pour 7 ans et 5 mois, alors la situation se transforme en un cas d’années incomplètes, ce qui signifie que les mois seront pris en compte avec les années pour procéder au calcul. En être conscient est aussi crucial que de connaître la méthode de calcul de retraite de base.

En savoir plus :  My Jugaad vous accompagne dans l’agencement de votre nouveau logement

Le cas du départ volontaire à la retraite et la réalisation du calcul

L’employeur est tenu de verser une prime au salarié, même si ce dernier prend volontairement un départ à la retraite. Cependant, seuls les salariés ayant travaillé pendant la période minimale de dix ans peuvent prétendre au droit au premier départ à la retraite. Le cas du départ volontaire est très similaire à celui d’une mise à la retraite, c’est-à-dire que si la convention collective est plus convenable, elle sera appliquée à la prime de départ à la retraite, au lieu de celle établie par la loi. La prime est appliquée en fonction des années travaillées, de la manière suivante :

  • Pas de prime si moins de 10 ans travaillé ;
  • 10-15 ans = 0.5 mois de salaire ;
  • 15-20 ans = 1 mois de salaire ;
  • 20-30 ans = 1.5 mois de salaire ;
  • 30 et plus = 2 mois de salaire.

De plus, le salarié est autorisé à choisir le salaire en tenant compte entre étant rémunéré en moyenne de 3 mois ou de 12 mois. Cependant, il n’y aura pas d’exonération des montants perçus. Des dispositions d’allègement peuvent également s’appliquer à la fierté de départ de retraite.